Le blog

5 octobre 2017

Jean Marc Quarin déguste Penin Natur

Le 16 aout dernier, monsieur Jean-Marc Quarin, dégustateur et journaliste reconnu pour son sens aiguisé de la critique, nous a fait le plaisir de venir déguster à la propriété une verticale de notre château Penin Natur.

Nous attendions avec impatience les résultats de cette découverte.

L’article vient d’être publié.

 

 

 

 Penin Natur Bordeaux AOC : le divin Outsider

On disait : le soufre est un exhausteur d'arômes. On disait encore : pas de soufre, pas de garde possible. Antioxydant, antibactérien, exhausteur d'arômes au nez. Waouh, quel miracle ! En silence, certains se sont mis à chercher, à réduire les doses, à devenir plus propre, à prévenir, à utiliser le froid, bref, à progresser. Aujourd'hui une société suisse a même mis au point des produits oenologiques, aussi protecteurs que le soufre, mais sans soufre.
Plus bruyants, d'autres se sont mis à crier : « vive les vins natures », à enlever le soufre comme si on ôtait ses bottes avant de rentrer dans une basse-cour ! Ont-ils compris que le vin n'est qu'une étape du raisin qui fermente avant de se transformer en vinaigre ? Le grand art consiste à bloquer son évolution à ce stade. Ainsi, le vin est bien plus l'expression d'un savoir-faire des hommes qu'un produit dit naturel. Le sans soufre pour le sans soufre, ce n'est plus du goût, mais de l'idéologie.


L'an dernier, j'ouvre un Penin Natur 2012, un vin délicieux, tendre, éclatant de fruit, à la texture douce, sans aucune fermeté, tout en étant bien présent. Etonnant ! Je remets la bouteille entamée au frais pour la tester. Le lendemain même bonheur, le surlendemain aussi. Un an après, dans une dégustation à l'aveugle, voici que ce cru ressort encore. Comment résister à l'envie de rendre visite à son géniteur ?


Patrick Carteyron est oenologue et propriétaire. Il fut consultant une partie de sa vie. Avec son épouse, ils produisent environ 300 000 bouteilles qu'ils vendent par eux-mêmes. Un vrai défi. L'homme est inventif et curieux. Il produit toute une gamme de vins et connaît bien le goût du public. Ce qui m'intéresse dans le Penin Natur ressemble à ce qui m'interpelle dans le Pavillon de Léoville Poyferré, de l'arôme et une qualité de texture qui rapproche ce vin des plus grands.

Ici, point de rusticité. Au contraire, la note plaisir est très élevée. « Pourquoi pas plus dense ? » ai-je demandé. A Penin, le rendement de 58 hl/ha pour une densité de plantation de 5 000 pieds est plus important qu'à Saint-Julien. Et le cépage ? Du merlot uniquement. Comment ne pas imaginer le même travail avec un rendement moindre pour étoffer la densité sans écraser la délicatesse du toucher ? Alors comment faites-vous pour faire si bon ?

 

Patrick Carteyron s'appuie sur deux principes. Le froid comme antimicrobien, la lie comme antioxydant. Vendangé à la machine, puis trié sur table, le raisin est chauffé en cuve entre 50 et 60° au fur et à mesure du remplissage. Une fois pleine, la température de la cuve est refroidie à 16°. La fermentation s'opère à 18°. La macération, prudente, dure une dizaine de jours pour éviter d'extraire l'indésirable. S'en suivent un écoulage, une fermentation malolactique en cuve et une descente des vins en barriques à 4° sur lie complète. Les vins sont bâtonnés régulièrement puisque le vin trouble ne s'oxyde pas. La lie le protège de l'oxygène. La mise en bouteilles à lieu en juin avec une filtration stérile. Au total le vin contient 10 mg/l de SO2 combiné. La répression des fraudes considère qu'à moins de 12 mg/l la quantité provient d'un travail naturel de la levure et non plus de soufre ajouté.


Patrick Carteyron recommande aux profanes de boire son vin avant 3 ans. Les résultats de la dégustation verticale montrent que ce seuil est largement dépassable. Mais quand le vin est bon, il dissipe toute volonté d'attendre.


Production : 20 000 bouteilles.

Sol argilo-sableux.

Densité de plantation : 5 000 pieds/hectare.

Cépage : merlot.

Age moyen des vignes : 30 ans.

Prix particulier pour le 2015 : 8,20 euros.

Penin Natur est un divin Outsider.


 
Penin Natur 2016                                                                                   15,75 // 89
Pour la première fois, une partie des lots qui composent ce vin est restée en cuve pour diminuer l'oxydation liée à la barrique. Et ça lui réussit ! Couleur intense, belle, de bonne intensité. Nez intense, au fruité pur et même fin. Bouche fondante et aérienne, incroyablement parfumée qui évolue savoureuse et longue. C'est délicieux et finement tramé. 2018 – 2024.
 
Penin Natur 2015                                                                                   15,5 // 88
Couleur sombre, intense et vive. Nez intense au fruité pur. Note de réglisse. Bouche finement veloutée et fondante, où le parfum l'emporte sur le corps. Finale savoureuse et longue. C'est très bon. Prix particulier : 8,20 euros. 2017 – 2024.
 
Penin Natur 2014                                                                                   14,75 // 86-87
Couleur sombre, intense et jeune. Nez parfumé, évoquant le vin blanc sec, avec des notes de poire. Juteux à l'attaque, fondant au développement, ce vin fin s'élance en finale sur des notes un brin vertes, sans que le tannin soit marqué. A boire et avant 2022.
 
Penin Natur 2012                                                                                   15,5 // 88
Voici un vin étonnant. La bouteille entamée s'est gardée plusieurs jours (bouteille remise au frais). C'est une grande réussite du millésime. Couleur sombre, d'intensité moyenne. Le nez, très fruité, « pinote ». Finement pulpeux à l'attaque, délicatement réglissé en milieu de bouche, ce vin très parfumé fond au palais et s'achève agréable sur un tannin fin. C'est incrachable. A boire et avant 2022.
 
Penin Natur 2011                                                                                   15,5 // 88
Couleur sombre et intense. Nez très aromatique, au fruité frais et mûr. Il gagne à être décanté. Il prend des notes de menthe et devient plus fruité et plus fin. Suave à l'attaque, toujours suave au développement, ce vin fond en bouche et s'achève long, sur une tannicité douce et un corps moyen. C'est le goût qui l'emporte. A boire et avant 2025.
 
Penin Natur 2010                                                                                   15 // 87
Couleur sombre, intense et légèrement évoluée. Nez intense et fruité qui « pinote » et prend de l'allure à la décantation. Bouche tendre, au corps élancé, délicieux et fondant, mais léger alors que la longueur est bonne. C'est incrachable. A boire et avant 2020.

Ajouter vos commentaires

Post comment as a guest

0
  • Aucun commentaire trouvé
Propulsé par Komento



RETOUR